5 bonnes raisons de faire un stage dans une start-up

La start-up : qu’est ce qui se cache derrière ce terme à la mode ? Selon Wikipédia, « la startup (ou jeune pousse) est une jeune entreprise innovante à fort potentiel de croissance qui fait souvent l’objet de levées de fonds. » Voilà qui aide à comprendre pourquoi elle séduit de plus en plus les étudiants en quête de stage et les jeunes diplômés à la recherche d’un premier emploi stimulant et évolutif. Alors qu’ils s’orientaient naturellement vers les grandes entreprises, les jeunes talents semblent aujourd’hui séduits par ces entreprises d’un nouveau genre. Pourquoi ?

1. Un stage plus facile à trouver

Qui dit start-up dit petite équipe, petit budget mais gros enjeux !

Dans ces petites structures, ce n’est pas le travail qui manque et les équipes ne sont souvent qu’une association de « couteaux suisse » :

je pense à ce salarié graphiste/publicitaire/réceptionniste/commercial, qui change de casquette selon les besoins de l’entreprise. Peu importe le diplôme ou la fonction inscrite sur le contrat de travail, chacun est amené à mettre ses différents talents au profit du projet collectif.

Si la masse de travail pourrait aisément justifier de nouvelles embauches, les finances ne le permettent pas toujours. Les stagiaires sont donc particulièrement bienvenus : les jeunes prometteurs, enthousiastes et volontaires, permettent d’absorber les accroissements d’activités pour un moindre coût. Bien que l’intégration de stagiaires représente un risque pour l’entreprise, les fondateurs de start-up aiment les paris et sont enclin à donner leur chance aux étudiants motivés.

La chance sourit aux audacieux parait-il ! Alors plutôt que de se tourner vers les grosses entreprises, plus visibles et plus attrayantes par leur renommée, cherchez un peu et orientez vous plutôt vers les start-up : ce sont elles qui ont réellement besoin de bonnes volontés !

Leçon n°1 : Si tu recherches un stage rémunérateur, oublie la start-up !

Efficient employee

2. Une expérience professionnelle qualitative

En start-up, pas de stage machine à café/photocopieuse et peu de risque de mourir fossilisé sous la paperasse. Dans ces petites structures, la différence entre les salariés et les stagiaires est souvent mince. Pour le stagiaire, c’est l’occasion d’avoir rapidement une connaissance poussée du secteur d’activités et de ses enjeux. S’il se sent concerné et qu’il se montre proactif, il pourra saisir de belles opportunités et aura davantage de chances de se retrouver en contact direct avec les clients.

C’est l’émulation qui règne dans les start-up. Chaque cerveau compte et toutes les idées sont bonnes à prendre : personne n’est exclue des brainstorming, au contraire tout le monde est invité à échanger et partager pour faire grandir le projet.

Véritable aubaine pour les stagiaires, la start-up permet de monter rapidement en compétences, en assumant des missions variées et de VRAIES responsabilités. Les procédures ne sont souvent pas clairement définies, le stagiaire avance donc à l’aveugle et travaille en autonomie. C’est l’opportunité de prendre part à des projets innovants, de faire ses preuves et de laisser concrètement une trace de son passage dans l’entreprise.

Condition sine qua none à cet apprentissage en accéléré : comprendre la vision du fondateur et croire en son projet.

Leçon n°2 : Si tu recherches un stage peinard, oublie la start-up !

http://www.izypitch.com/blog/post/recourir-a-des-stagiaires-c-est-vraiment-simple/1269

3. Une aventure humaine

Les start-up sont des sortes de microcosmes, des « entreprises à taille humaine » comme on les appelle. On y retrouve le noyau dur : le/les fondateurs et les salariés de la première heure, qui ont cru au projet et on choisit de prendre le train en marche pour vivre l’aventure. Quand on se lance dans un projet ambitieux et incertain, choisir son équipe est hautement stratégique : il ne faut pas seulement trouver des collaborateurs compétents, mais avant tout des personnes « humainement compatibles ». Les fondateurs de start-up sont donc généralement très attentifs lors de leurs recrutements, car ils ne souhaitent pas mettre en péril le sentiment d’appartenance très fort qui règne dans leur entreprise et qu’ils entretiennent au quotidien. En effet, l’état d’esprit des fondateurs doit être communicatif et capable de stimuler toute l’équipe.

Intégrer une start up est donc bien souvent synonyme de rencontres : des personnalités atypiques, créatives et passionnées. Il faut donc s’attendre à partager un croissant avant de se mettre au boulot, et un verre pour fêter la fin de semaine. Associable et rabat-joie s’abstenir !

Outre des collègues sympas, le stage en start-up permet aussi d’agrandir rapidement son réseau professionnel via les nombreux évènements et actions de communication organisés pour faire connaître la boîte.

Leçon n°3 : Si tu n’aimes pas copiner avec tes collègues, oublie la start-up !

http://camera.cafe.videos.free.fr/saison_7/saison_7_36.php

4. Une atmosphère de travail plutôt cool

Le mot d’ordre dans une start-up, c’est de se sentir à l’aise car c’est quand on se sent bien qu’on travaille bien. A la différence des grands groupes où il est difficile d’échapper au management hiérarchique et pyramidal, les start-up s’inspirent plutôt des méthodes anglo-saxonnes : management horizontal et appréciatif. Le stagiaire pourra donc profiter d’une relation de proximité avec les fondateurs de la boîte, et acquérir des connaissances précieuses à leur contact. De plus, la proximité générationnelle entre les entrepreneurs et les stagiaires favorise l’entente, l’innovation et le partage d’idées. Ce sont donc des atmosphères « jeunes » qui règnent dans les start-up, ce qui explique sûrement qu’elles attirent de plus en plus les étudiants, séduits par des annonces non conventionnelles, du style « ce qu’on vous promet : apprendre plein de trucs ».

Choisir la start-up, c’est accepter des horaires de travail décalés et un véritable patchwork de missions, mais en contrepartie de cet investissement personnel, vous aurez envie de vous lever le matin et vous rentrerez avec le sourire du boulot.

Pas d’étages à gravir pour voir son manager, pas de porte close ou de relation par mail, mais plutôt des open space et des dirigeants accessibles. Pas de bureaux au carré, mais plutôt des tas informes de « to do list », reflet de la créativité de son propriétaire. Pas de dress code, mais un style vestimentaire libre, casual ! Pas de « Madame » « Monsieur », mais des dirigeants qu’on appelle par leurs prénoms.

Bref, un job où le stress ne vient pas de son atmosphère de travail, mais plutôt des objectifs !

Leçon n°4 : Si tu veux aller bosser en costard ou en tailleur, oublie la start-up !

http://www.journaldesfemmes.com/societe/phenomenes-criminels/amitie-au-travail-1213.shtml

5. Des opportunités de carrière

Si vous démontrez vos compétences et savez vous rendre indispensable, il n’est pas impossible qu’un stage en start-up débouche sur une embauche. En effet, si un besoin existe et que les finances le permettent, les dirigeants seront plus enclins à employer un ancien stagiaire (qu’ils connaissent) qu’à recruter un extérieur (qui coûte cher). Que ce soit à la fin de la période de stage ou à la fin de vos études, une telle expérience vous offrira à coup sûr des perspectives d’avenir.

Et si jamais vous aviez fait vos preuves mais qu’aucune place n’était à pourvoir chez eux, peu de doute que vous repartirez avec une lettre de recommandation au top !

Les stages en start-up sont aujourd’hui valorisés par les recruteurs. Certes, vous n’aurez pas de grands noms d’entreprises bien tape à l’œil sur votre CV, mais les employeurs ne sont pas dupes : ils préfèrent une expérience qui vous a permis d’acquérir de réelles compétences professionnelles, qu’un passage dans un grand groupe où il est peu probable que vous vous soyez vu confier de vraies responsabilités.

Votre passage en start-up démontrera votre polyvalence, votre motivation et votre esprit entrepreneurial. A vous de savoir le mettre en avant devant les recruteurs !

Leçon n°5 : Si tu veux un nom qui en jette sur ton CV, oublie la start-up !

like-facebook-films-cinema-pouce

N.B. : Article très très objectif écrit par une stagiaire heureuse, qui a appris plus en 3 mois chez Place des Talents qu’en un an à l’Université. Merci à toute l’équipe pour cette belle aventure ! 🙂

2 thoughts on “5 bonnes raisons de faire un stage dans une start-up

  1. Voilà un article très bien écrit qui donne du baume au cœur aux start-uppers et qui présage d’une génération prête à s’investir et à dépoussiérer l’entrepreneuriat en France.

    J’ajouterai que les start-up sont l’unique avenir des grands groupes trop sclérosés pour innover et être réactifs.

    Vous avez tout compris et je vous souhaite de vous épanouir dans le cadre de votre cursus d’études mais, aussi et surtout, dans votre vie professionnelle et personnelle.

    1. Merci beaucoup Philippe !
      Je pense aussi que la start-up est l’avenir. Les grands groupes au management patriarcal ne font plus rêver les jeunes, à juste titre …
      Je vous remercie encore pour vos encouragements, et je vous souhaite succès et réussite dans vos projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *