Discriminations à l’embauche : les différents dispositifs pouvant vous aider

Le contexte économique de différents pays oblige des familles entières à fuir leur pays. Leur objectif premier est de trouver un travail pour pouvoir vivre convenablement. De plus, les personnes en situation de handicap subissent aussi, ces discriminations.

Motifs de discrimination :

Ils sont très souvent confrontés à des problèmes de discrimination à l’embauche : au niveau de la langue du pays, du sexe, de la situation, etc.

Voici un graphique répertoriant les motifs les plus discriminés :

Source : étude « Accès à l’emploi et discriminations liées aux origines » du Défenseur des Droits.

On constate que les femmes sont les plus discriminées à l’embauche avec 71 % consacré aux origines et 58 % aux lieux de résidence, contre 54 % et 49 % respectivement, chez les hommes.

Des étudiants, des femmes, des hommes obtiennent des diplômes avec plus ou moins de compétences. Mais à cause de leur origine et de leur provenance, ils n’arrivent pas à trouver l’emploi à la hauteur de leurs capacités. Ces obstacles ont des répercussions sur le projet professionnel : selon une étude du Défenseur des droits, 31 % des victimes affirment avoir accepté un emploi inférieur à leur qualification et 25 % ont renoncé à leur projet professionnel. D’ailleurs, certains envisagent de quitter le pays et de monter leur propre entreprise dans un pays qui accepte la différence.

Réseaux de soutien :

Il existe de nombreux réseaux et associations (les syndicats, Frateli, Passeport avenir, etc.) permettant aux personnes et étudiants de se faire aider afin de surmonter aux discriminations et aux inégalités sociales. L’association Frateli permet de rétablir la légalité des chances dans l’orientation. Leur mission est basée sur 4 programmes différents. De plus, grâce à Passeport avenir, 100% des tutorés trouvent un emploi à la suite et 90 % poursuivent leur étude dans l’enseignement supérieur.

Les algorithmes réduisent les discriminations :

Comment ça marche ? Un nouvel algorithme (proposé par le Big Data) permettrait de comparer des profils à d’autres salariés occupant des postes similaires. Prenons l’exemple du Bob-Emploi : le candidat répond tout d’abord à une série de questions. Cet algorithme va faire un diagnostic, une stratégie et va proposer un accompagnement quotidien sous formes d’actions (rédaction du CV, articles à lire, etc.). L’avantage, c’est qu’il ne se soucie pas des motifs de discrimination.

Selon une enquête de l’entreprise Unilever, ce dispositif permet de réduire les inégalités, tout en respectant la parité dans l’entreprise.

Le handicap : motif de discrimination :

Les personnes en situation de handicap sont aussi concernées par cette discrimination. L’aménagement des postes pour ces victimes n’est pas une priorité pour l’employeur, ce qui peut être lourd de conséquences.

La loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits pour les personnes en situation de handicap, oblige les entreprises à aménager les postes et de faire en sorte que la personne exerce au mieux son travail. Car comme nous le savons tous, le bien-être au travail est une des raisons qui améliore la productivité.

L’association de gestion de fonds pour l’insertion des personnes en situation de handicap (Agefiph) permet le maintien de l’emploi ainsi que l’insertion. Cette association peut prendre en charge une partie des fonds pour pouvoir aménager les bureaux et créer des accès aux entreprises (se munir de plaque braillée, d’écran plus grand ou multiple, de sièges ergonomique, des bureaux ajustables, des rambardes, etc.)

Toutes les raisons sont bonnes pour pouvoir mettre en place des aménagements et d’éviter toute sorte de discrimination à l’embauche.

 

Marketing – Communication chez Altagile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *