Les erreurs à éviter en entretien d’embauche

Certains comportements sont à proscrire lors d’un entretien d’embauche. Même si votre profil et vos talents correspondent aux attentes d’un recruteur, certains faux pas sont à éviter. Voici une liste non exhaustive de ces erreurs :

Faire une mauvaise première impression

La première impression est primordiale, il vous sera difficile de vous en défaire alors mettez toutes les chances de votre côté :

Débrouillez-vous pour arriver à l’heure.

Soyez poli dès votre candidature par mail, par téléphone ou en direct. Ça inclut de bien relire ses mails afin d’éviter les fautes d’orthographe et aussi de vérifier le ton de la candidature.

Soignez votre style vestimentaire : projetez-vous déjà dans le poste pour lequel vous postulez, allez faire du repérage dans l’entreprise ou chez un concurrent pour voir les codes vestimentaires attendus. Adaptez-vous, et ayez en tête que « qui peut le plus, peut le moins » : laissez baskets et T-shirts à la maison et optez pour un pantalon, des chaussures et une chemise ou encore un tailleur pour les femmes.

Ne pas se préparer à l’entretien

Préparer son entretien tient au début à peu de choses : ne vous y prenez pas au dernier moment et préparez vos affaires, vérifiez l’heure et le nom de la personne que vous êtes amené à rencontrer.

Renseignez-vous sur l’entreprise, son secteur d’activité et ses concurrents. Cela va prouver au recruteur que vous êtes motivé et lui montrer votre intérêt pour le poste. Montrez lui qu’il est déjà à vous et vous intéresse.

Justement, renseignez-vous sur le poste à pourvoir et notamment les attentes de l’entreprise sur ce poste. Cela pourra être abordé plus tard au cours l’entretien avec le recruteur.

Avoir un mauvais comportement

Avoir de l’aplomb est une bonne chose, cependant attention à l’excès de zèle, il ne faut pas paraitre trop sûr de soi, être arrogant ; il vaut mieux être dans la retenue et utiliser des phrases telles que « j’ai eu la chance de », « on m’a donné l’opportunité de ». Attention cependant, il ne faut pas à l’inverse tomber dans l’auto-dénigrement et en oublier de se vendre.

Il ne faut pas non plus tomber dans la familiarité : l’entretien se passe bien, on se sent à l’aise et on raconte sa vie. Cette attitude peut rebuter le recruteur, il faut donc le laisser aborder les sujets personnels et ne pas s’étendre sur la question.

Surveillez votre posture et vos gestes. Un candidat qui joue avec son stylo ou qui a des tics de langage renvoie l’image d’une personne stressée. De plus, les recruteurs attachent beaucoup d’importance à votre gestuelle. Optez par exemple pour une poignée de mains ferme qui montrera votre assurance et votre détermination. Attention, le but n’est pas de faire un bras de fer avec le recruteur !

Réciter son CV

Bien évidemment, il faut connaître son CV, mais le recruteur ne demande pas une redite de celui-ci (il l’a déjà analysé, sinon vous ne seriez pas là !). Il vaut mieux choisir les expériences à mettre en avant et adapter son discours à l’entreprise et au recruteur. De plus, il ne faut en aucun cas dénigrer son/ses anciens employeurs et réfléchir à la manière d’aborder les raisons de votre départ de l’entreprise sans vous mettre en porte-à-faux.

Ne pas préparer les questions pièges

Ces questions sont pratiquement obligatoires lors d’un entretien. Il ne faut pas se retrouver sans voix mais montrer que vous avez eu une certaine réflexion sur vous (vos savoir-être) et sur la cohérence de votre parcours. En aucun cas, il ne faut refuser de répondre à une question sans donner la raison de ce refus.

Parmi ces questions pièges lors du premier entretien, la question de la rémunération est une des plus épineuses. Ce n’est pas au candidat d’aborder le sujet et si le recruteur se lance sur ce terrain, préférez donner une fourchette de salaire en accord à la fois avec vos attentes salariales, et les salaires pratiqués sur le poste auquel vous postulez. Si le recruteur n’aborde pas la question avant la fin de l’entretien (tout le monde peut oublier quelque chose), c’est alors à vous de prendre les devants. Aborder la question de la rémunération est à la fois utile pour vous, mais aussi pour l’entreprise qui va pouvoir se positionner sur vos attentes salariales.

Ne pas préparer ses questions

Après avoir laissé le recruteur diriger l’entretien, voici enfin le temps pour vous d’avoir la main et de lui poser des questions. Cette étape délicate doit obligatoirement être préparée. Elle va vous permettre de bien comprendre les attentes de l’entreprise sur le poste et montre votre intérêt pour celui-ci.

Ne restez pas sans questions.

Rater sa sortie

Après quelques minutes de stress, voici venu la fin de l’entretien d’embauche. La difficulté ici est de rater sa sortie et partir sans avoir évoqué la suite à donner à l’entretien. N’hésitez pas à demander un délai de réponse ou encore à planifier un second rendez-vous.

 

Vous voilà maintenant armé pour cet exercice délicat qu’est l’entretien d’embauche, faites nous part de vos expériences !

 

Passionné de Marketing, Marketing Digital et Social Media, j’écris, partage et échange sur les thématiques RH 2.0, Marque employeur et Social Media adaptés aux RH.
Mes tweets n’engagent que moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *